Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Caroline

Jeudi 20 avril

 

Nous nous endormons avec la pluie et le bruit des vagues... nous nous réveillons avec     une petite voix :"le petit déjeuner est sur la table !"  et une autre voix qui ajoute : "la poule va tout manger !" .... ce sont Victor et Sasha qui essaient de nous tirer du lit.... nous descendons sur la terrasse : surprise !... nos 3 bonhommes ont mis la table et présenté ce qui nous a été déposé ce matin... charcuterie, fromage, gâteau fait maison, bananes, pain, confiture, yaourts, un vrai festin.... qui plus est, avec une table mise avec amour.... voilà une journée qui commence bien !... et non la poule n'a rien mangé....


Le petit déjeuner est tellement fourni que nous avons de quoi préparer notre pique nique pour midi. Comme prévu, nous disposons d'un 4x4 pour arpenter les coins plus éloignés. C'est donc motorisés que nous nous rendons au volcan Rano Kau. Nous faisons halte au mirador pour rejoindre à pied le village cérémoniel d'Orango. Le chemin épouse le sommet du cratère et nous profitons d'une superbe vue pendant toute la balade. La végétation est tellement haute que parfois nous nous perdons de vue, Victor navigue à l'aveugle ! C'est très drôle et cela nous fait beaucoup rire.

Le cratère de 1,5 km est superbement dessiné : la forme arrondie est tracée au compas... cette perfection est surprenante. Nous admirons le marécage et ses roseaux qui occupent ce cratère... une ouverture donne sur l'océan Pacifique... comme si elle était réalisée volontairement pour que nous puissions voir le bleu de l'océan et les vagues qui se fracassent sur son versant ainsi ouvert.

Je pourrai ensuite raconter ce que nous avons vu sur le site d'Orango.... mais le plus intéressant n'est pas ce que nous avons vu mais pourquoi nous l'avonsLes 3 îlots dont le plus grand était le terrain d'une compétition acharnée... vu... 
.... Depuis Orongo, on jouit d'une vue imprenable sur les îlots Motu Kau Kau, Motu Iti et Motu Nui. Il y a beaucoup de vent et lorsque nous gravissons ce côté de l'île, il ne fait pas très beau. Cela donne un côté trés mystique à notre visite. On essaie de s'imaginer 200 ans en arrière....

.... Le peuple n'avait plus confiance dans le mana, le pouvoir des statues censées incarner les ancêtres protecteurs. C'est désormais à un mythe ancien, celui de l'"Homme-oiseau", que les Pascuans s'en remettent pour assurer cohésion et prospérité.

Chaque année, les hirondelles de mer (mahoké) parcourent des centaines de kilomètres pour venir pondre leurs oeufs sur l'un des 3 îlots. Ce phénomène a donné naissance à une cérémonie religieuse trés importante qui se déroulait de juillet à septembre, pendant le printemps austral, période de ponte des hirondelles de mer. 

Il s'agissait d'un concours... ou bien d'une prouesse !!... dont le but était de recueillir le premier oeuf de la saison. Depuis les pentes du volcan Ran Kau, les participants doivent descendre vers la mer (nous avons essayé d'imaginer mais nous n'avons pas réussi car c'est tellement abrupte que l'on ne voit pas le versant), affronter de terribles courants pour nager les 2 km jusqu'à Motu Nui, dans des eaux particulièrement dangeureuses car infestées de requins. Une fois sur l'îlot, ils doivent encore l'escalader et attendre parfois des semaines afin d'y découvrir l'oeuf du printemps. Le retour n'est pas plus simple car le précieux œuf doit être ramené sans être brisé, attaché à leur front par un bandeau, jusqu'en haut de la falaise où attendent les représentants des tribus de l'île.

Le gagnant, où l'homme représenté par le gagnant, obtient alors le titre d'homme-oiseau. Erigé à l'état de demi-dieu, on le dit envoyé par Make Make, divinité suprême Rapanui. L'homme-oiseau devient pour une année, l'interlocuteur entre les dieux et les hommes. Cela lui confère également le statut de chef sur l'île, pour lui ou pour son représentant. 
....j'étais sûre que cette histoire plairait aux garçons et je ne me suis pas trompée !

Le village cérémoniel d'Orango a été ensuite scruté par nos 10 yeux : les maisons construites à flanc de coteau par un système d'empilement horizontal de pierres, leur toit recouvert d'herbes... la falaise et les bords du cratère.... quelques pétroglyphes représentant l'homme oiseau... on imagine l'effervescence des lieux pendant les semaines d'attente du retour de l'œuf.... entre danses et chants.

Nous continuons en voiture notre chemin par l'ahu Vinapu. Après avoir longé la piste d'atterrissage, nous découvrons une nouvelle plateforme cérémonielle avec uniquement des moais renversés... près d'une mer aux rouleaux impressionnants.

Il pleut plus fort, nous décidons de revenir sur Hanga Roa pour quelques petits achats, fruits, légumes, carte postales... nos pas nous mènent vers le petit port de pêche d'où nous observons de jeunes surfers. Avant de rentrer, qui veut une glace ?

...notre journée n'est pas terminée pour autant !... Léon se prépare avec beaucoup d'attention... il met un soin particuliers à se coiffer... apparemment comme les joueurs de foot ;-) ... et porte un collier de coquillages... il fait sourire mon cœur de maman tellement il est heureux de s'apprêter pour sortir... pour le spectacle de danse traditionnelle pascouane... une soirée colorée et rythmée !

 

Deux aventuriers

Deux aventuriers

Instants de vieInstants de vie

Instants de vie

Cratère Cratère

Cratère

Brèche vers le Pacifique Brèche vers le Pacifique

Brèche vers le Pacifique

Un super-héro perdu il y a 200 ans...Un super-héro perdu il y a 200 ans...

Un super-héro perdu il y a 200 ans...

Côtes pascouanes Côtes pascouanes

Côtes pascouanes

Avec ma triplette
Avec ma triplette

Avec ma triplette

GuerriersGuerriers

Guerriers

Homme-oiseau

Commenter cet article