Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« Moi vais voir les nounours au Nacada »… répète régulièrement le plus petit des 3 !
Dans 5 mois, nous serons en Amérique… Le temps file…

Nous avons travaillé d’arrache pieds de fin janvier à mi février pour établir l’itinéraire de nos nuits et choisir les campings.

Ce ne fut pas chose facile : entre campings publics, campings privés, ouverture des réservations pour certains, différées pour d’autres, choix des emplacements, calcul de kilomètres …

Et puis les questions qui trouvent parfois difficilement une réponse : combien de nuits ? Quel point d’intérêt prioriser au détriment d’un autre ? faire le choix de se sédentariser pour 3 nuits cela signifie moins de temps sur une autre étape ...

... Sans oublier notre ami numéro 1 lors de cette traversée canadienne : le gentil Camping Car, avec qui nous partagerons nos nuits et nos escapades.
On choisit un emplacement avec l’eau ou sans eau, combien de KW, le store qui s’ouvre à droite ou à gauche, etc…

Notre anglais a été mis à rude épreuve pour les aspects très techniques du CC (qui devaient être en adéquation avec l’emplacement!), encore quelques mystères non élucidés : une surprise à la découverte de l’emplacement… En conclusion, il me parait difficile d’organiser un road trip dans l’ouest canadien si l’on ne parle pas anglais : on a toujours le choix de passer par une agence de voyages mais attention au surcoût et aux itinéraires parfois trop ambitieux.

Comme je l’avais déjà écrit dans un post précédent, les campings canadiens n’ont rien à voir avec les français : de grands espaces, une table de pique nique et la possibilité de faire un feu pour la plupart d’entre eux… Chouette les saucisses et les chamallows grillés !

Notre fidèle compagnon de route, Idol, semblait parfois désespéré de voir une telle activité cérébrale si tard dans la nuit !
Après une bonne douzaine de veillées, quelques litres de thé, un lonely planet, notre GEO édition spéciale ouest canadien et 2 ordinateurs, nous voilà avec un itinéraire précis et jalonné de campings, avec deux traversées en ferry réservées (Vancouver à Victoria, Ile de Vancouver/ Nanaimo à Horseshoe Bay).

Soigneusement sélectionnés pour leur emplacement, nous dormirons dans le désordre : à la plage, au bord du lac le plus photographié de la planète, près de cascade, dans un ranch, au milieu de nul part parmi les ours et au milieu de nul part parmi les marmottes… Un vrai panel de couleurs et de culture … Un « road trip » comme on les aime ! Pour le coté sensationnel, on aura le camping-car (private joke avec Fred ;-) !!

Une fois que nous avons pu conclure ce chapitre fastidieux des campings (chouette chapitre quand même !), nous avons pris le chemin de la facilité et avons réservé nos 2 nuits d’hôtel (la première à notre arrivée sur Vancouver et la dernière sur cette même mégalopole avant le retour en France) via le site BOOKING.

Notre choix s’est porté sur 2 hôtels :

- l'un nous placera au plus près de Gastown, le quartier historique de Vancouver

- l'autre proche du Stanley Park (le ‘Central Park’ de Vancouver qui est d’ailleurs plus étendu que son homologue new yorkais)

Pour ce faire, il a quand même fallu étudier le plan de la ville et déterminer ce que nous souhaitions découvrir en priorité…. sans oublier le décalage horaire de moins 7 heures qui devraient nous ralentir dans notre élan familial …… alors pas d’hôtel excentré surtout la première nuit, des lieux de restauration rapidement accessibles … bon pour notre équipe de p’tits gars je reste sur ma réserve car parfois ces petites bêtes se découvrent une énergie décuplée !

La vie, ce n'est pas seulment respirer, c'est avoir le souffle coupé !

Alfred Hitchcock

5 mois avant le Nacada

Commenter cet article