Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Caroline

Mardi 15 août 

 

Nous voilà à Kep pour 5 nuits... Petite ville soit, mais connue pour son crabe bleu et le poivre de sa région. 

Nous découvrons une jolie guesthouse lovée dans un jardin tropical, à quelques mètres de la jungle.... Nous sommes au-dessus de notre budget prévisionnel mais (dans l'ordre de priorité) elle est propre, avec une chambre familiale, bien située, avec une piscine et un bon peut déjeuner... 

Nous sommes arrivés hier en début d'après-midi. Nous avons donc profité de la piscine. Nos papilles n'y résistant pas plus longtemps, en soirée nous avons goûté le célèbre crabe bleu accompagné de poivre, le tout sur l'eau avec un beau coucher de soleil et quelques éclairs d'orage. 

 

Aujourd'hui, nous décidons de prendre un tuk tuk pour visiter les alentours car avec Noussa, notre chauffeur, nous aurons droit à de nombreux arrêts pour des explications. 

Nous faisons route vers Kompot puis nous nous engageons sur une jolie petite route de terre rouge qui nous permet de traverser des villages traditionnels et de très beaux paysages agricoles dont des rizières magnifiques. Nous retrouvons avec plaisir la ménagerie qui constitue une maisonnée : chiens, chats, poules, coqs... et les cochons qui cette fois-ci sont roses !

Les maisons traditionnelles khmères sont sur pilotis, mais contrairement au Laos, elles sont construites entièrement en bois (mur en bambou tressé au Laos) et plus hautes. Elles sont souvent recouvertes de tuiles.

Nous longeons le Secret Lake avant de nous garer 10 minutes plus loin à "la plantation". La vue sur les poivriers, la vallée et le lac est splendide. Nous nous installons au restaurant (un ancien réfectoire de moines) pour goûter les spécialités au poivre, les garçons se laissent tenter par un barbecue poivré, Ah les bonnes saucisses ! 

Je goûte le Nom Krourk : des petits gâteaux à base de riz, lait de coco, oignon vert, poivre vert; ils sont cuits dans un plat en terre, comprenant plusieurs alvéoles. Croquant à l'extérieur et fondant à l'intérieur, le Nom Krourk est servi chaud, arrosé d'une sauce coco, avec de la salade, du concombre et de la menthe... j'en ai de nouveau l'eau à la bouche !

 

Nous passerons un bon moment à profiter de la vue sur les poivriers tout en écoutant la présentation sur la plantation. 

Voilà ce que l'on nous a expliqué : 

Dans la région de Kampot, l’arrivée des chinois planteurs de poivre, remonte au 13ème siècle. Plus récemment, à la fin du 19ème siècle et début du 20ème siècle, les français développèrent intensément la culture du poivre dans la région de Kampot. La production annuelle atteignait les 8000 tonnes avec plus d’un million de poteaux de poivre installés.

La région bénéficie d’un terroir unique, d’un savoir-faire et d’une connaissance ancestrale de la culture du poivre transmise de génération en génération. Ceci explique la qualité exceptionnelle du poivre de Kampot.

A cette époque, le poivre de Kampot s’exportait essentiellement en France. De tout temps, il a développé une renommée de poivre de grande qualité, l’un des meilleurs au monde. Sa saveur et son arôme unique sont fort appréciés des plus grands chefs de cuisine.

Pendant les années 70, les khmers rouges n'étaient pas intéressés dans la culture du poivre, elle a donc été abandonnée. Elle renait lentement à partir des années 2000 avec le retour sur leurs terres des familles, issues de générations de planteurs de poivre. Le poivre de Kampot y est alors à nouveau cultivé selon les méthodes traditionnelles ancestrales. Les nouveaux débouchés commerciaux ont permis à ces familles de faire renaître les plantations. De nouvelles plantations ont également été créées récemment.

Le poivre se présente sous diverses couleurs : vert, blanc, noir et rouge (trié grain par grain !). Les baies de poivre sont toutes issues de la même plante mais cueillies ou traitées à différents stades de maturité. Comme le vin, un bon poivre ne doit pas se mélanger. Chaque couleur de poivre a ses caractéristiques. 

La liane sur laquelle pousse le poivre ressemble à du houblon.

Dans les restaurants, le poivre est servi en grappe et c'est délicieux ! le vrai goût du naturel et... oui oui je m'en ramène ;-)

 

Nous ferons un tour à l'ombre des poivriers. Ces derniers sont protégés du soleil par des rames de palmiers. Nous découvrons également une petite plantation de dragon fruit, de curcumin et de piment oiseau. 

 

Nous refaisons le chemin inverse et arrivons dans la ville de kompot qui a connu son heure de gloire à l'époque coloniale grâce au commerce du poivre de Kompot.

C'est déjà la fin d'après-midi mais nous nous arrêtons dans une rue pour visiter le 'local market'... euh... il est où le marché ?... sans Noussa, nous serions probablement passés devant, sans nous arrêter... cela me rappelle celui d'Ubud qui était caché derrière le ' marché à touristes' et accessible par des escaliers qu'il fallait oser emprunter... à Kompot, le marché est en fait couvert donc il ne faut pas chercher l'animation de rue... pour y entrer, il faut s'engouffrer dans un dédales de petites échoppes qui aux premiers abords n'attirent pas le voyageur, même s'il est en quête d'authenticité... merci Noussa pour ce passage dans les tréfonds de la vie cambodgienne !

Nous découvrons un marché trés bien organisé, selon la spécialité... il y a les bijoux en or, leur fabrication, leur gravure... impressionnant de voir toutes ces petites fourmis qui s'activent derrière leur machine très basique... le secteur du poisson, fruits de la mer, crabes... c'est un vrai festival pour les yeux... raies, poulpes de toutes tailles, calamars, crevettes, roussettes, etc... évidemment les garçons passent d'un coin à un autre, s'extasiant devant la taille de telle ou telle poisson. Pour ma part, je suis surprise de voir les vendeuses assises à même la table, perchée sur leur étale. 

Nous découvrons nos premiers crabes bleus vivants. Seuls les mâles présentent de jolies pinces bleues. 

... le coin de la viande... finalement je préfère celui du poisson !... le coin des épices, des fruits et des légumes... Noussa s'arrête devant un étalage de multitudes d'herbes et d'épices. Ici, on peut se faire concocter un remède naturel pour soigner une maladie ou une douleur. Nous découvrons un nouveau citron, boursouflé. Il est utilisé comme répulsif naturel contre multitudes d'insectes (dont les sangsues).

 

En repartant, nous nous arrêtons regarder des pêcheurs qui emmènent des filets pour attraper du poisson dans la rivière. 

... cette belle journée prend fin à notre guesthouse après quelques parties de Dames, Dominos, Scrabble... et un mojito cambodgien...

 

 

Notre guesthouse

Notre guesthouse

Première soirée à Kep en appréciant la mer, le crabe au poivre et les cocktails :-) Première soirée à Kep en appréciant la mer, le crabe au poivre et les cocktails :-)

Première soirée à Kep en appréciant la mer, le crabe au poivre et les cocktails :-)

Notre petit restau 'Kep sur mer'

Notre petit restau 'Kep sur mer'

Notre rendez-vous du matinNotre rendez-vous du matin

Notre rendez-vous du matin

C'est parti pour une balade en tuk tuk !

C'est parti pour une balade en tuk tuk !

Une maison traditionnelle à côté de rizières Une maison traditionnelle à côté de rizières

Une maison traditionnelle à côté de rizières

Journée poivrée
Journée poivrée Journée poivrée
Journée poivrée Journée poivrée
Arrivée à la plantation

Arrivée à la plantation

De grains de poivre à l'assiette...De grains de poivre à l'assiette...
De grains de poivre à l'assiette...De grains de poivre à l'assiette...
De grains de poivre à l'assiette...De grains de poivre à l'assiette...
De grains de poivre à l'assiette...De grains de poivre à l'assiette...

De grains de poivre à l'assiette...

Culture du curcumin (racines)

Culture du curcumin (racines)

Culture du dragon fruit Culture du dragon fruit

Culture du dragon fruit

Journée poivrée
Journée poivrée Journée poivrée
Même en tuk tuk, il dort !

Même en tuk tuk, il dort !

On trace notre route en N & BOn trace notre route en N & B
On trace notre route en N & BOn trace notre route en N & B

On trace notre route en N & B

le marché local de Kampot 

Journée poivrée Journée poivrée
Journée poivrée Journée poivrée
Journée poivrée Journée poivrée
Journée poivrée Journée poivrée
Le célèbre crabe aux pinces bleues (les mâles)

Le célèbre crabe aux pinces bleues (les mâles)

Journée poivrée
Journée poivrée
Journée poivrée
Journée poivrée
Journée poivrée
Journée poivrée
Journée poivrée Journée poivrée
Médecine traditionnelle

Médecine traditionnelle

Répulsif naturel

Répulsif naturel

Journée poivrée Journée poivrée
Journée poivrée Journée poivrée
Petite devinette : combien de matelas peut transporter une mobylette ?

Petite devinette : combien de matelas peut transporter une mobylette ?

Commenter cet article