Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Caroline

Lundi 7 août 

 

 

Bien arrivés à Louang Namtha !

 

Je pourrais passer rapidement sur l'épisode du trajet en bus mais c'est tellement épique et totalement laotien que je ne résiste pas à décrire ces 8 heures de route...

 

Hier matin, nous attendons tranquillement notre tuk tuk qui doit nous récupérer à 7 h 30 devant notre guesthouse. 7 h 50 il arrive... ce n'est pas un tuk tuk mais une voiture... nous rencontrons un couple de français sympathiques ... nous allons partager le même mini van... nous arrivons, il semblerait que nous soyons les seuls passagers du véhicule, tant mieux car c'est très exiguë à l'intérieur !... les sacs sont chargés sur le toit, il pleut mais il y a une bâche...

Nous nous installons... 10 minutes plus tard, deux chinois arrivent, ah ça se corse ! ... on rigole parce qu'il y a très peu d'espace pour les jambes... on se dit que ça va aller...

nous quittons le parking de la gare routière... 

Le van s'arrête à l'entrée... ça commence mal ! Qu'est-ce que le chauffeur fait ? ... deux laotiennes arrivent, deux passagères en plus !... c'est sûr : on ne bougera plus d'un centimètre... en fait, on continue de rire parce que c'est digne d'un sketch.

 

Nous prenons la route. Aprés 5 minutes, le conducteur s'arrête dans une station essence... et 10 minutes après, nouvelle halte ! ... il ouvre le capot et rajoute de l'eau et de l'huile dans le moteur. Euh... là, je ne sens pas trop les 8 heures de route...

Nous redémarrons, c'est la climatisation qui tombe en panne. Heureusement, il fait moins chaud que les autres jours car il pleut... mais la fenêtre est juste ouverte un peu... de quoi permettre au chinois qui est assis à côté, de cracher régulièrement dehors dés qu'il s'est raclé la gorge. Mon Léon qui lance " l'hygiène ici c'est moyen moyen" !

À peine 45 minutes que nous roulons... une des deux femmes laotiennes demandent quelque chose au chauffeur... je suis certaine qu'elle lui a demandé de s'arrêter... J'ai vu juste ! 5 minutes après, nous nous arrêtons devant une maison; nous repartons après quelques échanges en laotien... 

...de nouveau un arrêt après 10 minutes de route... devant une étale de melons... le chauffeur met une pierre derrière le pneu (le frein à main laotien), les deux femmes descendent; nous les voyons acheter une vingtaine de gros melons (de la taille d'une pastèque), mais où vont-ils mettre tout ça ? ... une partie sur le toit, l'autre à l'intérieur ! ... comme dirait Fred "je me suis fait coincer par des melons."... mais en fait, nous continuons de rire ! ... cela ne sert à rien de s'énerver et nous avons choisi de positiver la journée...

 

Je passe rapidement sur la route de montagne, les lacets, les glissements de terrain qui ont rendu une partie impraticable (arbres et boue ont dévalé la montagne suite aux pluies)... le chauffeur use et abuse du klaxon... il double dans les virages... il se déporte même si un camion arrive... il frôle les enfants en scooter, les vaches, les chèvres, les cochons croisés sur la route... nous aurions pu mourir une dizaine de fois mais nous sommes toujours vivants! 

Après 3 heures 30 de route... ouf... nous nous arrêtons dans un village et un des´restaurants'... bon... toilettes à la laotienne mais nous sommes habitués maintenant... pour le déjeuner nous avons le choix... nous sommes en 2016 ou en 2017 ?.... j'ai un doute... cela fait plusieurs mois que je ne sais plus quel jour nous sommes... nous sommes bien en 2017, les biscuits sont périmés d'un an... sinon nous avons le choix entre grenouilles entières grillées ou leurs cuisses crues en salade... à moins que nous préférions des pattes de poulet en sauce ou un peu de serpent au piment. Le choix est vaste !.... finalement nous nous abstiendrons de découvrir l'un des plats présentés derrière une vitrine non réfrigérée et envahie de mouches. Ce sera des pâtes déshydratées pour les garçons et des crackers au sésame pour moi.

 

Nous reprenons la route... les virages... l'animation faite par les coups de téléphone de l'un des voyageurs chinois... les crachats... l'eau dans le moteur... les arrêts du chauffeur, les fous rires !  

Malgré cela, je continue d'admirer la vie laotienne... les enfants qui jouent dans les fossés remplis d'eau, des bébés nus qui se lavent dans l'eau de pluie, les femmes qui portent des fruits dans leur gros panier sur le dos... les étales au bord de la route, les villages traditionnels...

Nous arrivons dans une petite ville... la rivière est sortie de son lit, certaines maisons sont détruites, d'autres ont un mur affaissé, un morceau de route s'est effondré... c'est une scène d'apocalypse que nous avons sous les yeux... il faut imaginer les moyens avec lesquels ils déblaient et réparent...

 

Finalement nous arrivons sans trop d'encombres à la gare routière de Luang Namtha : il est 16 h 30. Nous sommes à 50 kilomètres de la frontière avec la Chine.

Nous grimpons dans un tuk tuk... entassés avec nos sacs... quelques kilomètres séparent le centre de la petite ville. Nous découvrons notre guesthouse, appelée Zuela GH. Elle est propre et située en face du night market. La propriétaire nous accueille chaleureusement et nous pourrons donner notre linge à laver. 

 

Après avoir pris possession de notre chambre commune, nous laissons les garçons regarder un dessin-animé pendant que nous faisons le tour de deux agences de trekking pour organiser les 3 prochains jours. En conseil familial, nous décidons de rester tranquille aujourd'hui et de visiter les villages ethniques en scooter les jours suivants... la pluie, la chaleur et les p'tites bêtes ne nous motivent pas trop alors que le scooter oui ! 

Nous récupérons notre triplette et découvrons le marché de nuit de Luang Namtha... un vrai marché traditionnel... des stands de nourriture qui regorgent de curiosités culinaires : larves, sauterelles, etc... Nous choisissons de dîner à notre guesthouse, nous jouerons les aventuriers un autre jour ! ... elle se révèle être une bonne adresse... bonne et pas chère... 1 euro 50 pour un plat laotien... je crois que cela va devenir un bon quartier général pour la tribu !

 

Depuis notre arrivée en tuk tuk, nous sommes "suivis" par des vendeuses de bracelets et autres ornements Akhas (une minorité originaire du Tibet dont la coiffe des femmes est ornée de perles et pièces argentées). En fait, ces gentilles mamies qui vendent officiellement des bracelets et des sacs vendent de l'opium... 

Cela nous rappelle que Luang Namtha se trouve dans le Triangle d'or, une zone de plantation de pavot en région montagneuse, à plus de 1000 mètres d'altitude, la plus étendue au monde, à cheval sur la Birmanie, la Thaïlande et le Laos.

Pour l'anecdote et les fous rires pris hier soir, Fred croyant acheter une pierre semi précieuse se retrouve avec un petit sachet d'opium... je vous laisse le soin de lui demander comment il a pu se tromper :-) le sachet d'opium a été rendu à sa vendeuse et en échange elle nous a donné plein de bracelets !....

 

 

Arrivée à Luang Namtha
Arrivée à Luang Namtha
Grenouilles cuites ou crues ? Serpents ?Grenouilles cuites ou crues ? Serpents ?Grenouilles cuites ou crues ? Serpents ?

Grenouilles cuites ou crues ? Serpents ?

Commenter cet article