Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Caroline

Mercredi 2 août 

 

Nous venons de boucler nos sacs... demain nous partons dans la région de Sainyabulli, un peu plus à l'Ouest et à deux heures 30 de route de Luang Prabang.

Au programme : la jungle et ses éléphants ! 

Contre bons soins par la guesthouse, nous nous allégeons en n'emportant qu'un seul sac, nous avons également trempé quelques tenues dans un produit anti moustiques... 3 jours coupés du monde :-) :-) :-)

 

Nous finissons notre semaine à Luang Prabang en rendant visite à la librairie Big Brother Mouse dont nous avions entendu parler au début de notre séjour. Cette association propose à la vente des livres écrits en laotien ou bilingue anglais pour les faire parvenir aux enfants dans les villages. Un carton est à disposition dans la librairie pour déposer les livres achetés, l'association s'occupe ensuite de les distribuer auprès des enfants. 

Il est également possible de choisir les livres comme cadeaux pour les offrir dans une école ou à des enfants. Nous avons choisi cette possibilité car nous nous rendons dans le Nord du Laos dans quelques jours. Les livres coûtent entre 50 centimes et 3 euros, nous avons donc fait l'acquisition d'une dizaine d'ouvrages, notre préférence allant sur des livres concernant les découvertes dans le monde; les garçons étaient aussi très contents de pouvoir choisir. 

Nous avons donc préparé un petit paquet avec plusieurs étuis à crayons de couleurs pour offrir lors de notre passage chez les minorités ethniques du Nord du Laos. 

 

À la librairie, Léon était surpris de voir qu'un enfant beaucoup plus âgé que lui avait des difficultés de lecture... il a réalisé que les petits français étaient bien chanceux de pouvoir se rendre dans une école tous les jours et d'apprendre à lire ... oui oui parce que Léon, il aime bien l'école !... mais il ne comprend pas que l'on puisse venir lire dans une bibliothèque au lieu de jouer avec les copains... 

 

Hier nous avons mis le réveil à 4 h 50... c'était un peu difficile mais nous (enfin surtout moi !) souhaitions vraiment assister à la cérémonie du tak bat avant de quitter Luang Prabang... nous avons été sympas car nous avons laissé les garçons dormir, la procession se déroulant à quelques mètres de notre guesthouse, de 5 h 25 à 6 h (le gong a retenti à 5 heures 15). C'est donc une petite escapade en amoureux très matinale ! 

Qu'est-ce que le tak bat ?..... ce sont plusieurs dizaines de moines bouddhistes drapés dans leurs robes couleur safran qui avancent en file indienne, recevant dans leur “bat” (bol servant à collecter l’aumône) les offrandes des fidèles agenouillés face à eux (principalement du riz).

Ce rituel est vraiment impressionnant et très beau à voir ... les prières des fidèles...les moines boudhistes avec leur crâne rasé, les pieds nus et au drapé safran parfaitement réalisé; Ils sont si nombreux et si silencieux... 

Il faut savoir que lors du Tak Bat, les moines les plus sages défilent en premier, et les plus jeunes ferment la procession.... et certains sont vraiment très jeunes...

Selon la tradition, tous les garçons laotiens sont censés être ordonnés moines au moins une fois dans leur vie, généralement pour une durée de trois mois après avoir terminé leurs études ou juste avant le mariage. Cela procure du mérite et de la fierté à la famille. 

Je me suis demandée pourquoi il y avait autant de jeunes enfants, certains ont moins de 10 ans

. J'ai appris que beaucoup d'entre eux provenaient de régions rurales et de familles très pauvres qui ne pouvaient subvenir à leurs besoins. Pour eux, être ordonné moine au sein d'un vat représente la seule possibilité de recevoir de l'instruction, d'être logé et nourri. 

...

...

La balade en scooter de la journée nous a fait découvrir des villages traditionnels de tisserands et d'artisans, d'abord Ban Phanom puis Xienglek et Xangkhong. 

En route, nous nous sommes arrêtés au grand stupa octogonal doré aperçu depuis le sommet du Phu Si : le Santi Chedi ou Pagode de la paix. Les seuls présents sur les lieux étaient deux enfants moines bouddhistes. 

 

Nous avons pris des petits chemins de terre, malgré la pluie diluvienne qui s'est abattue sur nos têtes.... nous étions trempés, nous sommes revenus sur nos pas pour acheter de l'essence et déjeuner dans notre petit restau préféré, pas cher et trop trop bon ... le temps d'une salade de papaye et d'un sticky rice à la mangue, le soleil était revenu... j'aime tellement cette lumière d'après orage, le photos sont toujours sublimes. 

Nous avons rencontré des femmes d'une grande gentillesse, avec qui nous avons négocié en souriant et en s'amusant, à coup de calculatrice pour annoncer notre prix... la négociation laotienne quand la langue pourrait être un barrage !... Sasha et Léon ont aussi participé, nous leur avons laissé la main sur l'achat de leur foulard... avec la calculatrice, c'était parfait ! les deux moustiques ont même très bien négocié !...avec leur sourire, cela marche toujours ;-)

Les métiers à tisser sont impressionnants par leur complexité et il faut un sacré savoir-faire pour ne pas se perdre dans un rang.

Nous empruntons ce petit pont remarqué en arrivant... en bois, seules les deux roues passent. Nous longeons le Mékong, nous ne savons pas trop où nous allons... la route n'est plus goudronnée mais cela passe avec le scooter...

Nous sommes entrés dans une petite maison dont la plus grande pièce était dédiée au tissage et à la couture. Nous avons encore une fois été accueillis avec beaucoup de générosité... les garçons engagent une partie de foot avec le ballon prêté et nous repartons avec des bananes et plein de sourires... sans oublier tous ces enfants qui rient... ils jouent aux billes, sucent un os de poulet et s'interrompent parfois en nous regardant passer... encore des sourires... 

Quand nous avons pris le chemin du retour, nous nous sommes arrêtés au food market le long de la route, juste avant le pont. Fred s'achète une recharge pour le téléphone, j'en profite pour faire des photos avec l'appareil. Je choisis les mères et leur enfant. Je les observe. Elles portent les plus petits en écharpe. Les plus grands sont sagement assis sur leurs genoux ou entre leurs jambes. Les vendeuses ne sont que des femmes alors il y a beaucoup d'enfants. Avec le zoom, je peux photographier l'amour et la tendresse, les gestes universels d'une mère avec son enfant. 

Je viens de réaliser... j'ai beaucoup photographié et pourtant...ici les enfants ne pleurent jamais... oui c'est ça : au Laos, les enfants ne pleurent jamais...

 

Cérémonie du tak bat dans les rues de Luang PrabangCérémonie du tak bat dans les rues de Luang Prabang
Cérémonie du tak bat dans les rues de Luang Prabang

Cérémonie du tak bat dans les rues de Luang Prabang

... et pourtant ils ne pleurent jamais...
Le Santi Chedi

Le Santi Chedi

... et pourtant ils ne pleurent jamais...... et pourtant ils ne pleurent jamais...
... et pourtant ils ne pleurent jamais...... et pourtant ils ne pleurent jamais...
... et pourtant ils ne pleurent jamais...... et pourtant ils ne pleurent jamais...
... et pourtant ils ne pleurent jamais...
En fin d'après-midi, les garçons retrouvent des copains pour une partie de foot dans la rue...En fin d'après-midi, les garçons retrouvent des copains pour une partie de foot dans la rue...

En fin d'après-midi, les garçons retrouvent des copains pour une partie de foot dans la rue...

Commenter cet article